Après accrochage entre des militaires congolais et Rwandais à la petite barrière de Goma : le RDF exige des enquêtes sur l’incident

Rédaction Centrale
4 Min Read
Tension à la petite barrière de Goma, Photo crédit

Un échange des tirs entre un militaire congolais et des éléments de sécurité du Rwanda commis à la garde à ce poste frontalier a été signalé tôt le matin de ce vendredi 17 juin 2022, à la petite barrière, à la frontière entre la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu et Rwanda.

Des sources concordantes indiquent que les raisons et les causes de cet accrochage ne sont pas encore connues. Cette situation a créé une psychose à Birere, une contrée populaire de la ville de Goma”.

“On a entendu des coups de feu et on ne savait pas ce qui se passait. Par la suite après quelques minutes, l’on a appris qu’il y a eu un accrochage entre nos forces de sécurité et celles du Rwanda à la petite barrière dont la cause n’est pas encore définie. Il se dit qu’il s’agirait d’un militaire congolais qui aurait tiré sur des éléments Rwandais de sécurité commis à la garde de la petite barrière et les échanges s’en sont suivis causant mort d’hommes de part et d’autre”, a témoigné un habitant du quartier Mapendo de Goma proche de la petite barrière.

A la suite de cet événement, une manifestation populaire s’est improvisée à ce lieu où les habitants de Goma venus en masse ont tenté de franchir la petite barrière pour traverser au Rwanda voisin. Mais ils ont été dispersés par des gaz lacrymogènes de la police nationale congolaise.

En réaction, dans un communiqué rendue publique, l’armée rwandaise confirme que ce militaire FARDC a été tué par un Officier de la Police rwandaise, mais en « légitime défense ». Celui-ci aurait été abattu à 25 mètres à l’intérieur du territoire rwandais.

« Ce matin vers 0845 heures, un soldat congolais non identifié armé d’un fusil AK 47 a franchi la frontière de la « Petite Barrière » dans le district de Rubavu et a commencé à tirer sur le personnel de sécurité rwandais et les civils qui traversaient la frontière, blessant deux policiers rwandais. Un officier de la Police nationale rwandaise en service a riposté en état de légitime défense, pour protéger les civils qui traversent la frontière et les agents frontaliers. Le soldat congolais a été abattu de 25 mètres à l’intérieur du territoire rwandais. Le RDF a invité le Mécanisme élargi de vérification conjointe (EJVM) à enquêter sur l’incident. Le Rwanda a informé les autorités de la RDC et des agents frontaliers entre la RDC et le Rwanda se rendent sur les lieux. Nous assurons le public que la situation à la frontière est maintenant calme, » indique ce communiqué.

Une communication officielle attendue

Selon les témoignages recueillis sur place, une frange de la population Gomatracienne parle d’un militaire FARDC revenu du front en territoire de Rutshuru qui serait abattu à ce lieu par les éléments rwandais commis à la garde à la petite barrière parce qu’il aurait voulu franchir la frontière.

D’autres parlent d’un policier congolais tué par des éléments rwandais de la petite barrière après des échanges des tirs entre un militaire congolais qui aurait ciblé ces militaires rwandais et qui aurait par la suite pris fuite.

Une communication officielle de l’armée congolaise et des autorités urbaines de Goma est attendue dans les heures qui suivent pour des amples détails autour de cet événement qui prête à confusion jusque-là dans le chef de la population.

A lire : Nord-Kivu : attaque du M23, l’armée loyaliste récupère des villages occupés par les assaillants

Share This Article
Leave a comment