Sud-Kivu : un élément FARDC tué dans une embuscade de la coalition Twirwaneho-Makanika à Minembwe

Rédaction Centrale
2 Min Read
Minembwe, en territoire de Fizi. Photo crédit: Tiers.

Un vaillant combattant de Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), a été tué dans une embuscade tendue par une équipe du groupe « terroriste » Twirwaneho-Makanika mercredi 9 novembre 2022, à Madegu, centre de Minembwe, en territoire de Fizi, au Sud-Kivu.

Le Porte-parole de la Douzième Brigade de Réaction Rapide basée à Minembwe, Meya Gbe Jeremie qui livre la nouvelle dans un communiqué officiel rendu public ce jeudi 10 novembre et consulté par JUARDC.Info, fait savoir que c’est le deuxième événement malheureux après celui du 7 novembre, au cours du quel un homme a été tué par des présumés militaires et qui sont déjà aux arrêts.

« Le commandement de la Douzième Brigade de Réaction Rapide basée à Minembwa ,porte à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale, sa désolation vis-à-vis des deux derniers événements malheureux survenus à Madegu ( centre de Minembwe) ,auxquels il condamne vice-versa avec dernière force d’énergie , notamment la tuerie du Mr Muzima, âgé de 55 ans en date du 07 novembre 22 par trois présumés militaires qui sont pour l’instant à l’entière disposition de la justice militaire,afin de répondre face à la rigueur de la loi. l’assassinat ciblé d’un vaillant combattant loyaliste lors d’une embuscade tendue par une équipe du groupe terroriste Twirwaneho-Makanika en date 09 novembre 22. » explique-t-il.

Face à cette situation, l’armée invite les civils et militaires à observer les règles régies par le Droit International Humanitaire, et à sincériser le mariage civilo-militaire tout en individualisant les faits.

« Face à cette situation, le commandement de la Douzième Brigade de Réaction Rapide, étant assigné de cette noble mission spécifique de Réinstaurer l’autorité de l’état Congolais dans cette zone en proie aux conflits armés, invite civils et militaires à observer les règles régies par le Droit International Humanitaire, à sincériser le mariage civilo-militaire tout en individualisant les faits,étant donné que l’infraction est individuelle. »poursuit il.

Les FARDC disent également compatir avec les différentes familles angoissées.

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !