Agression rwandaise : Aimé Mukanda Mbusa exige le retrait de la RDC de l’EAC pour éviter la balkanisation

Rédaction Centrale
4 Min Read

Depuis novembre 2021, la République Démocratique du Congo fait face à l’agression rwandaise sur son territoire à travers la résurgence de la rébellion du mouvement du 23 mars.

Quelques mois après, soit le 29 mars 2022, la République démocratique du Congo a rejoint officiellement la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) dans le but de mutualiser leurs efforts sur les questions de paix et de sécurité dans la sous-région de Grand-Lac.

Néanmoins, cette adhésion n’a pas empêché l’armée rwandaise et ses supplétifs M23 de s’emparer aujourd’hui plusieurs agglomérations de la province du Nord-Kivu dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Les M23 ne cessent de progresser sur le territoire congolais malgré la présence de la force régionale de l’EAC qui était venue avec la principale mission d’éradiquer les groupes armés parmi lesquels le mouvement du 23 mars dans la partie Est de la RDC.

Pour Aimé Mukanda Mbusa notable du territoire de Rutshuru, l’adhésion du pays de Félix Tshisekedi dans l’EAC est une erreur qui peut lui coûter la balkanisation.

«La plus grande erreur que les dirigeants congolais ont fait c’était de faire à la hâte l’adhésion dans l’EAC. Il est grand temps que la RDC quitte l’EAC et recourir à la SADC, si non, nous allons à la balkanisation qui est visiblement bénie par les militaires de l’EACRF », déclare-t-il

N’étant pas satisfait des issues du vingtième sommet de Chefs d’Etats membres de l’EAC, ce notable qui met en exergue l’incapacité de la Conférence Internationale sur la Région de Grand-Lac (CIRGL) à rétablir la paix dans la région, doute que l’EAC s’en sorte. Et par conséquent la République Démocratique du Congo connaitra le même sort qu’a connu le Soudan pense Aimé Mukanda Mbusa.

«La CIRGL n’aide la RDC en rien pendant des longues années que le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi était pris les mains dans le sac entrain de piller nos ressources et cités comme auteurs des atrocités à l’Est de la RDC. Au lieu de condamner l’Ouganda et le Rwanda qui soutiennent visiblement le M23 en homme et munitions, voilà les dirigeants de l’EAC félicite Kagame et Museveni (cf. le point 8 du communiqué final de Bujumbura). Nous nous sommes enfoncé dans erreur qui risque de nous amener là où le Soudan est actuellement.», poursuit-il.

De ce fait, pour sortir de ce joug, cet acteur communautaire demande à la population congolaise d’appliquer l’article 63 de la constitution de la République Démocratique du Congo. De surcroît, il exige aux militaires de la force régionale présents en RDC de plier bagage et revenir chez eux vu leur inefficacité dans l’accomplissement de la mission qui leur sont confiée.

Toutefois, des manifestations de grandes envergures organisées par la société civile du Nord et Sud-Kivu sont annoncées à partir de ce lundi 06 février dans le but de contraindre le gouvernement congolais et l’EAC à booter hors du territoire national les M23.

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !