Mini-sommet d’Addis-Abeba: P. Kagame et F. Tshisekedi se rapprochent-ils d’un dialogue autour de la guerre du M23 en RDC?

Rédaction Centrale

Rédaction Centrale
2 Min Read

Ouverture ce vendredi 16 février 2024, d’un mini-sommet, sur la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Cette réunion convoquée par le président Angolais Joao Lourenço, se tient dans la salle Julius Nyerere de l’Union Africaine, à Addis-Abeba, capitale de l’Éthiopie.

Sur dix Chefs d’États attendus, six ont répondus présents, rapporte la cellule de communication de la présidence RD Congolaise. Il s’agit entre autres de l’Angolais Joao Lourenço (organisateur), RD Congolais Félix Antoine Tshisekedi, Kényan William Ruto, Rwandais Paul Kagame, et le Sud-Africain Cyril Ramaphosa. D’autres presidents ont été représentés.

Dans son mot d’introduction, poursuit notre source, le président Angolais, médiateur désigné pour renouer le dialogue entre la RDC et son agresseur le Rwanda, a indiqué que cette initiative est prise afin de relancer le processus de paix, qui a connu un recul avec l’intensification des combats et les conséquences humanitaires, ainsi que économiques désastreuses pour la population congolaise.

«L’objectif de ce sommet est de réfléchir ensemble en vue d’obtenir un cessez-le-feu entre la RDC et le M23. Et tenter un dialogue direct possible entre les Chefs d’États du Rwanda et de la RDC. Parceque la situation se détériore et il y a risque d’embrasement dans les sous-régions de l’EAC et de la SADC», a dit en substance le président Angolais, cité par la presse présidentielle de la RDC.

Pour être donc clair, ce mini-sommet a évoqué le retour à un dialogue constructif et réconciliateur entre la RDC et le Rwanda, ⁠la cessation immédiate des hostilités, ⁠le retrait immédiat du M23 des zones occupées et ⁠le lancement du processus de cantonnement de ce mouvement.

Soulignons que ce mini-sommet se poursuit à huis clos. Chacun des protagonistes devrait s’exprimer; en premier le président Félix Antoine Tshisekedi. Toutefois, les deux Chefs d’États en conflit (Kagame et Tshisekedi) assis aux extrémités de la salle ne se sont pas salués et le protocole n’a pas prévue une photo de famille.

Share This Article
Leave a comment