Ituri : Table ronde à Bunia sur les processus des réparations ; les craintes et les attentes des victimes de violences sexuelles et autres crimes de masse

Par Lucien Migabo

Rédaction Centrale
5 Min Read
WIPC, Table ronde sur le processus des réparations à Bunia
Dans le cadre de son programme « Just Future », Women’s International Peace Centre (WIPC), en collaboration avec Cordaid et la Dynamique des Femmes Juristes (DFJ), a organisé une table ronde ce jeudi 1er juin 2024 à Bunia, dans la province de l’Ituri, pour discuter sur le processus des réparations en faveur des victimes des conflits armés en République démocratique du Congo.

L’objectif de cette table ronde était de réunir les différentes parties prenantes impliquées dans le processus de réparations, notamment les associations de victimes, les groupes de victimes, les organisations d’aide aux victimes et le Fonds national de réparations (FONAREV), afin de dresser un état des lieux du processus et d’identifier des moyens et des voies exploitables pour le rendre plus centré sur les besoins et les aspirations des victimes.

Un processus de réparations centré sur les victimes

Dans son discours d’ouverture, Bahati Rubango, le coordinateur de WIPC, a souligné l’importance de placer les victimes au cœur du processus de réparations. « Il est crucial que le processus de réparations soit conçu et mis en œuvre de manière inclusive et participative, en tenant compte des besoins et des aspirations spécifiques des victimes », a-t-il déclaré.

Au cours de la table ronde, les victimes ont exprimé plusieurs craintes, notamment la politisation du processus de réparation, les réparations insuffisantes, le manque de protection des victimes et l’absence de preuves.

 

WIPC, Table ronde sur le processus des réparations à Bunia
WIPC, Table ronde sur le processus des réparations à Bunia

Elles ont également souligné plusieurs attentes vis-à-vis du FONAREV, notamment des réparations centrées sur les victimes (proportionnelles et adéquates), la protection et la sécurité des victimes et des témoins, une communication permanente sur le processus des réparations et la restauration de la paix et de la sécurité.

Défis et nécessité d’une approche centrée sur les victimes

A en croire Bahati Rubango, cette table ronde a mis en avant les défis auxquels sont confrontées les victimes dans le cadre du processus de réparation. Les participants ont souligné la nécessité d’une approche centrée sur les besoins et les droits des victimes pour garantir une réparation juste, poursuit-il.

Les interventions lors de cette table ronde ont mis en avant l’importance de garantir la participation active des victimes dans le processus de réparation, en veillant à ce qu’elles soient informées, consultées et impliquées à chaque étape. Il ressort de participants que la confiance des victimes dans le processus de réparation est essentielle pour sa réussite.

Nécessité d’une approche holistique et de la protection des victimes

Les participants ont également souligné l’importance de concourir à une approche holistique qui permettent aux victimes d’accéder à une réparation collective et individuelle pour l’accès à la justice afin que les bourreaux soient punis. l’approche holistique prend en compte non seulement l’assistance juridique et judiciaiare, l’assistance médicale, une assistance psycho-sociale aux victimes, mais aussi permet de concourir aux garanties de non répétition à travers les reformes institutionnelles.

Notons que cette table ronde a permis de mettre en lumière les défis et les attentes des victimes vis-à-vis du processus de réparation. Il est apparu clairement que pour que ce processus soit efficace et équitable, il est important qu’il soit centré sur les besoins et les droits des victimes, avec leur participation active et leur protection comme priorités absolues, concluent nos sources.

Suivez-nous sur YouTube : Jua Tv

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !