Sud-Kivu : La société civile s’oppose fermement à la modification de la constitution

Par Lucien Migabo

Rédaction Centrale
4 Min Read
@Lucien Migabo

« La modification de la constitution n’est pas opportune en ce moment, nous avons d’autres priorités« , a déclaré avec force Maître Nene Bintu, présidente provinciale de la société civile du Sud-Kivu, lors d’une conférence de presse tenue le jeudi 13 juin 2024, au bureau provincial de la coordination de la société civile à Bukavu.

Face à l’actualité politique en RDC, marquée notamment par des projets de révision constitutionnelle, la société civile du Sud-Kivu monte au créneau pour exprimer son opposition ferme à cette initiative. Mme Bintu a insisté sur le fait que « la population du Sud-Kivu fait face à de nombreux problèmes quotidiens qui devraient plutôt mobiliser les énergies« .

En effet, selon la présidente de la société civile, les habitants du Sud-Kivu souffrent notamment du « manque de routes praticables, d’une insécurité grandissante et de conditions de vie précaires« . Elle pointe du doigt l’inadéquation de certains projets de modification constitutionnelle avec les réalités vécues par la population : « Plutôt que de se pencher sur des réformes constitutionnelles, il serait plus judicieux de s’attaquer à ces problèmes urgents qui affectent gravement le bien-être des citoyens« .

Des amendements oui, mais pas une révision en profondeur

La société civile du Sud-Kivu n’exclut pas la possibilité d’amender certains articles de la constitution, à condition que cela se fasse dans un cadre consensuel et transparent. « Certains articles de la constitution peuvent effectivement nécessiter des ajustements« , a concédé Néné Bintu. « Mais il est hors de question de se lancer dans une révision en profondeur de la loi fondamentale, surtout dans un contexte marqué par l’insécurité dans certaines provinces du pays« .

En effet, l’article 220 de la constitution de la RDC stipule clairement qu’elle ne peut être révisée en période de guerre ou d’état de siège. Or, deux provinces du pays, le Nord-Kivu et l’Ituri, sont toujours en proie à des conflits armés. Pour la société civile du Sud-Kivu, « il est impératif de rétablir la paix et la sécurité dans l’ensemble du pays avant d’envisager toute modification de la constitution« .

La société civile appelle au dialogue et à la concertation

Face à cette situation, la société civile du Sud-Kivu lance un appel au dialogue et à la concertation entre toutes les parties prenantes. « Nous invitons le gouvernement, l’opposition et la société civile à se mettre autour d’une table pour discuter de l’avenir du pays« , a déclaré Mme Bintu. « C’est ensemble que nous devons trouver des solutions durables aux problèmes qui minent notre nation, et non en fragilisant davantage nos institutions par des réformes constitutionnelles inopportunes« .

La prise de position de la société civile du Sud-Kivu met en lumière les préoccupations de la population face aux projets de modification constitutionnelle en RDC. Il reste à voir si cet appel au dialogue et à la concertation sera entendu par les autorités du pays.

A lire aussi : Hausse des Taxes Routières Paralyse le Tronçon Bagira-Kabare

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !