Sud-Kivu : un arrêté ministériel à la base d’une crise au centre CLAC Bukavu

Rédaction Centrale
2 Min Read

Depuis la signature de l’arrêté portant mise en place d’une nouvelle équipe de gestion du Centre de Lecture et d’Animation Culturelle (CLAC), par la ministre provincial de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Geneviève Mizumbi, une crise s’observe dans ledit centre situé sur avenue Saio, quartier Ndendere, en commune d’Ibanda, ville de Bukavu.

Pas plus tard que le mardi 14 décembre 2021, qu’un incident est survenu au CLAC quand la police a tenté d’arrêter de force Jean-Pierre Mihigo Chako sur demande de son remplaçant, afin de procéder à l’installation de cette nouvelle équipe nommée depuis le 12 octobre 2021 par l’arrêté ministériel numéro 007/GP/MINIPRO/EDUC/J/C/2021 Portant désignation des animateurs du centre de lecture et d’animation culturelle.

Mihigo Chako estime que la ministre de l’EPST, Geneviève Mizumbi, à été induite en erreur. Il rappelle que la patronne de l’EPST n’a pas qualité de nommer les nouveaux mandataires, mais plutôt le gouverneur de province.

De son côté, le député provincial, Pierre Cubaka Karatwe, président de la commission sociaux culturels, à l’assemblée provinciale du Sud-Kivu, renseigne que toutes les parties impliquées dans ce dossier seront attendus sur recommandation du bureau de l’organe délibérant. Notre source ajoute que c’est dans ce sens que des invitations ont été envoyées aux concernés pour qu’ils soit attendus avant que le bureau ne se saisisse du dossier pour qu’elle soit traité dans une plénière à l’assemblée provinciale.

Notons que le Centre de Lecture et d’Animation Culturelle, CLAC Bukavu, bénéficie d’un appui de la francophonie.

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !