Nord-Kivu : passage d’une journée ville morte à une manifestation populaire en plein État de siège

Rédaction Centrale
4 Min Read

Six morts, six blessés, trois armes emportées par la population, et une dizaine des personnes interpellées par la Police Nationale Congolaise, tel est le bilan des incidents survenus lors d’une journée ville morte observée ce lundi 20 décembre 2021, dans la ville de Goma, au Nord-Kivu.

Selon le constat fait sur place, la population, au lieu d’observer une journée ville morte, elle a procédé à une manifestation tapageuse causant plusieurs victimes parmi lesquelles des morts et des blessées.

Marion Ngavho, président de la société civile de Goma, s’indigne de voir que des habitants ont transformé la journée ville morte en une manifestation de colère.

Cette structure citoyenne pense que plusieurs forces policières et militaires ont déjà intervenu en RDC à travers la MONUSCO, mais aucun résultat n’est palpable.

Marion dit déplorer et regretter les dérapages notamment les barricades de route par des pierres et étalages des commerçants, les pertes en vies humaines du côté de civils tout comme de policiers.

« Je demande au gouvernement de bien gérer les unités de l’armée et de le faire participer aux formations adaptées avant de le déployer sur terrain, mais aussi de bien prendre soins de notre unité policière afin qu’elle nous sécurise surtout pendant cette période des fêtes », a interpellé Marion Ngavho.

La société civile de Goma appelle la population à la vigilance et de dénoncer les suspects en cas de retrouvailles.

Nord-Kivu : le gouvernement militaire dément la présence de la police Rwandaise à Goma

De son côté, le porte parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, dément toute rumeur sur l’arrivé des éléments de la police Rwandaise à Goma. Celui-ci parle de l’imaginaire de vendeurs d’illusion.

Le général Ekenge Efomi Bomusa, indique que les manifestants ont violé les textes sur l’état de siège qui interdisent les manifestations et doivent répondre de leurs actes devant la justice.

« L’arrivée de l’armée Rwandaise au Congo, la LUCHA et la véranda Mutsanga…, ces gens seront traqués car ils ont violé l’ordonnance proclamant l’état de siège. Les manifestations sont interdites en cette période exceptionnelle de l’état de siège », a-t-il déclaré lors d’un point de presse tenu ce lundi 20 décembre 2021, dans la ville de Goma.

Nord-Kivu : La journée ville morte à Goma fait déjà des morts et des blessés

Un de manifestants rencontré à l’entrée président qui s’est confié à juardc.info, pense que la paix ne sera pas possible avec l’apport de l’extérieur, mais plutôt la participation de chaque citoyen.

« Nous ne pouvons pas laisser infiltrer les étrangers dans notre pays et rester les bras croisés, plutôt nous même devons chercher la paix ici chez nous et cela sera possible par la contribution de tout un chacun », a-t-il dit.

Pour rappel, Vincent Karega, ambassadeur du Rwanda en RDC, a sur les ondes de la radio VOA, confirmé que la police Rwandaise est prête à s’unir avec les autres forces policières de 14 États afin d’installer une base opérationnelle dans la ville de Goma.

par Bénédicte Mushoko à Goma

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !