Manque de pluie à Rutshuru : Voici les difficultés rencontrées par les éleveurs et agriculteurs

Rédaction Centrale
3 Min Read

Il s’observe depuis plusieurs semaines, le manque de pluie dans le territoire de Rutshuru en province du Nord-Kivu. Les conséquences sont déjà multiples chez les agriculteurs et chez les éleveurs.

De prime à bord, les éleveurs dépourvus de pâturages peinent à nourrir leurs troupeaux de vaches. Aucune goutte de pluie n’est tombée sur une bonne partie du territoire de Rutshuru. Du coup, la paille a séché.

Un bouvier rencontré ce samedi 18 février 2023, à Rumangabo, conduisant son troupeau, affirme que ses bétails manquent d’herbe.

«La sécheresse a trop duré et les vaches manquent d’herbe. Elles parcourent des longues distances entrain de ramasser quelques herbes jusqu’au soir. Il nous faut parcourir de longues distances pour trouver l’herbe. Et par conséquent, les vaches maigrissent», a fait savoir Fikiri, un vacher rencontré.

A la suite du manque du poids, ce berger a révélé que même la quantité de lait que produisent ces boeufs, a sensiblement baissé.

«La production journalière de lait est passée de six à un litre et demi par vache. Si elle n’est pas bien alimentée, elle ne peut pas produire de lait. Pour pallier à ça, il faut donner beaucoup d’eau aux animaux pour tenter de combler le déficit en herbes», a-t-il ajouté.

Par ailleurs, cette carence des pluies entraînant la sécheresse de l’herbe pourrait engendrer parfois des conflits entre les bergers et les cultivateurs. Ces derniers accusent les troupeaux de ravager leurs cultures et compacter le sol, en cette période de labour en prévision de prochaines semailles.

«Actuellement nous observons beaucoup de troupeaux de vaches dont on ne sait même pas l’origine. Nous sommes en saison culturale, mais les vaches ont fait de nos champs de terrains de récréation et cela  les rend trop durs. Autre chose, par manque d’herbe pendant cette sécheresse, les vaches broutent nos jeunes plantes, mais quand  on s’adresse aux bergers, ils risquent même de nous battre. Nous manquons où accuser», a déclaré à Juardc.Info, Richard Ntamukunzi, agriculteur de son état.

Il sied de signaler que, selon plusieurs agriculteurs, un espace de terre qui doit être cultivé par deux hommes est aujourd’hui cultivé par cinq, voire six à cause de la divagation des bœufs et la sécheresse en cours qui rendent durs le sol.

A lire : Nord-Kivu : 5 civils tués lors des affrontements entre FARDC et M23 à Rutshuru ce vendredi

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !