Insécurité à l’Est de la RDC : le collectif Amka Congo appelle la population à la vigilance et la collaboration avec les services de sécurité

Rédaction Centrale
5 Min Read

Pendant que la situation sécuritaire reste inquiétante en province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo, des organisations citoyennes et de défense des droits humains multiplient les sensibilisations pour éveiller la conscience d’autres citoyens congolais en cette période d’agression.

Le collectif des mouvements Citoyens Amka Congo appelle des citoyens congolais et particulièrement ceux du Sud-Kivu à redoubler la vigilance pour barrer la route à l’ennemi qui risquerait de passer par le Sud-Kivu pour atteindre son objectif de déstabilisation.

Ceci est contenu dans une déclaration rendue publique le 29 janvier 2022 revenant sur les menaces qui pèsent sur la province du Sud-Kivu, sur le plan sécuritaire.

« Le Sud-Kivu est sous menace de subir la même situation que celle qui prévaut au Nord-Kivu. Etant une Province frontalière entre la RDC et le pays agresseur, le Rwanda, notre Province est aussi menacée d’infiltration d’occupation comme c’est le cas déjà au Nord-Kivu par le Rwanda, via ses terroristes du M23 » telles sont les phrases introductives de cette déclaration dont copie consultée.

Amka Congo trouve important et urgent de se préoccuper de la situation sécuritaire qui se dégrade du jours le jour à Ituri, au Nord et Sud-Kivu mettant des vies humaines en danger.

« Il est donc urgent que les autorités nationales et provinciales prennent des mesures courageuses qui s’imposent pour épargner du Sud-Kivu de ce que nous regrettons déjà à Goma. Nous devons absolument barrer la route à ce plan machiavélique de vouloir balkaniser notre chère patrie, la RDC ? Il est très regrettable et difficile à comprendre que beaucoup de pseudos notables du Sud-Kivu vivant à Kinshasa ont l’attention focalisée plus sur les postes politiques et autres avantages sans se préoccuper le moins du monde de la situation qui prévaut aujourd’hui à l’Est; certains se battent plutôt pour continuer à considérer le Sud-Kivu comme leur propre boutique où ils doivent nommer et chasser le gérant quand ils veulent au nom de leurs intérêts égoïstes, et pourtant ils clament à longueur des journées, qu’ils accompagnent le Chef de l’Etat » lit-on dans cette déclaration signée par Paulin Mulume.

Se référant aux faits qui se sont produits dans la soirée du samedi 28/01/2023, dans le territoire de Kalehe, au Sud-Kivu avec des tirs des balles en provenance du Rwanda, cette structure citoyenne ne compte que sur la vigilance extrême de la population et la collaboration avec les services de sécurité pour barrer la route au plan de ennemi du pays.

« le Sud-Kivu vient d’être victime des tirs de la marine Rwandaise qui a visé l’île D’IBINDJA et toute la population de ce coin a été en débandade. Au même moment la psychose gagne déjà dans d’autres coins de la province, comme à Kamanyola, dans la plaine de la Ruzizi,… Il est donc urgent de mettre toutes les batteries en marche pour sécuriser toutes les voies de communication avec le Rwanda et l’Ouganda en commençant par les frontières terrestres et fluviales reconnues et non reconnues pour éviter toutes formes d’infiltration. Que les services de renseignement, de migration, (conseil de sécurité) redoublent de vigilance pour ne pas courir demain derrière les évènements macabres et éviter de subir les conséquences fâcheuses comme c’est le cas maintenant au Nord-Kivu. Nous lançons un appel patriotique à toute la population du Sud-Kivu dans son ensemble, toutes tendances politiques confondues, de se réunir autour du Chef de l’État et de l’autorité provinciale, en dénonçant tout mouvement et toute situation suspecte auprès des services de sécurité pour que des mesures urgentes soient prises à temps » conclue la note.

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !