Nord-Kivu /Education: les frais scolaires fixés entre 45.000FC et 150.000 F, certains parents s’indignent

Rédaction Centrale
3 Min Read

L’arrêté du gouverneur militaire du Nord-Kivu relatif aux frais scolaires qui équivaut entre 45.000FC et 150.000 FC pour l’année scolaire de 2021- 2022, suscite des réactions dans le chef de la population, qui s’impatiente de voir la matérialisation de la gratuité de l’enseignement de base.

Pendant que certains parents louent cette décision du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le lieutenant Constant Ndima, d’autres ne cessent de montrer leur mécontentement face à cette décision prétextant que ces frais sont exorbitants et ne leurs permettront pas de faire scolariser leurs enfant.

Dans cet arrêté du numéro un de la province, on peut lire un montant équivalent à 45.000 FC pour l’école maternelle et 150.000 FC pour l’école secondaire par trimestre.

Ils parlent de manque de moyens nécessaires, mais aussi le vécu quotidien qui ne répond pas à leurs désirs.
Apendeki Gloria, mère de 4 enfants et vendeuse des souliers usagés au marché de Virunga s’est confié à Juardc.info.

« Nous avons suivi l’arrêté du gouverneur fixant les frais scolaires à 45.000 et 150.000fc par trimestre, mais pour moi c’est une grande charge. J’ai quatre enfants et tous étudient. L’une est à l’Institut de Goma en 4e année. Mon mari n’a pas de travail pour rassurer toutes les charges. Je ne suis qu’une simple vendeuse des souliers usagés dans ce marché de Virunga, et en plus nous sommes des locateurs », s’indigne-t-elle.

Pour cet autre parent, ambulant de son état, estime la somme fixée dans cet arrêté est la moindre pour certains parents, mais par contre ça ne facilite pas la tâche à une certaine catégorie de la population qui ne vit qu’au taux du jour.

« Ces frais sont vraiment exorbitants nous demandons au chef de l’état et aux autorités provinciales de nous venir en aide et baisser ces frais. Je sais que pour certains parents qui ont des moyens ça c’est un petit problème. Mais nous, c’est un souci », a-t-il martelée au micro du reporter de Juardc basé à goma.

Pour rappel, c’est depuis l’entrée au pouvoir du chef de l’État congolais, Félix Tshisekedi, que le secteur éducatif connaît un déséquilibre suite à l’instauration de la gratuité de l’enseignement qui jusque-là n’est pas encore effective.

Par Lucien Nabugorhe depuis Goma.

Share This Article
Leave a comment
×

Besoin d'informations ou de publicité ? Jua RDC à votre service !

× Contactez-nous !